.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Micro-organismes et plantes……quelle relation !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Alia

avatar
Membre hyper actif
Membre hyper actif
Micro-organismes et plantes……quelle relation !



Introduction :



Les microbes (et beaucoup de parasites) restent un véritable danger pour la survie de l’homme. Dans le passé, des maladies telles que la tuberculose et les épidémies causées par la peste et la grippe causaient la mort d’un grand nombre de gens. Aujourd’hui, les nouvelles et anciennes maladies comme celles causées par le virus HIV, Legionella, Helicobacter pylori ainsi que l’émergence de la tuberculose multi-résistante représentent de nouveaux défis pour la santé et pour l’esprit de l’homme [1].

Ces maladies à fort taux de mortalité restent encore sans traitement adapté. En plus, des résistances aux médicaments les plus utilisés se répandent. Cette situation nécessite de rechercher des nouvelles molécules, plus actives, bon marché et sans effets secondaires trop marqués [2].

Les travaux de la dernière décennie ont mis en évidence l’efficacité des métabolites secondaires extraits à partir des plantes, utilisées en médecine traditionnelle, sur plusieurs maladies infectieuses [3].



Les métabolites secondaires :



Les plantes possèdent des métabolites dits « secondaires » par opposition aux métabolites primaires que sont les protéines, les glucides et les lipides. Ces composés diffèrent en fonction des espèces et, bien que leurs rôles soient encore mal connus, il est cependant clair qu’ils interviennent dans les relations qu’entretient la plante avec les organismes vivants qui l’entourent.

Si leur rôle écologique reste encore à préciser, leur utilisation par l’homme dans de nombreuses préparations thérapeutiques est très largement répandue.

On peut classer les métabolites secondaires en plusieurs grands groupes : parmi ceux-ci, les composés phénoliques, les terpènes et stéroïdes et les composés azotés dont les alcaloïdes. Chacune de ces classes renferme une très grande diversité de composés qui possèdent une très large gamme d’activités en biologie humaine [2] .



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L’activité biologique des métabolites secondaires :

Chez les plantes, les métabolites secondaires, et surtout les polyphénols, sont impliqués dans des fonctions diverses telles que la fertilité, la pigmentation, la lignification, la protection contre des agents biotiques ou abiotiques, ou encore la signalisation [4].

Il est bien connu que les régimes riches en fruits et légumes font protéger contre les maladies cardiovasculaires et le cancer, et peut être d’autres maladies [5]. Cet effet protecteur est en relation avec leur grande capacité anti-oxydante qui est due à leurs noyaux phénol. En plus de l’activité anti-oxydante, les polyphénols peuvent être dus d’autres activités biologiques telles que : anti-tumorelle, anti-inflammatoire et anti-microbienne (anti-bactérienne, anti-fongique et anti-parasitaire).

  • activité anti-parasitaire :


Des études faite à Nouvelle-Zélande, ont montré que la consommation des plantes à tannins pouvait affecter la biologie de certaines espèces de parasites intestinaux diminuant la production des œufs. Les extraits de tanin de Quebracho (riche en tanins condensés), ont la capacité de réduire le nombre des œufs excrétés de Trichostrongylus colubriformis : ils diminuent la fécondité des larves et augmentent la mortalité des larves de stade L3 [6].

D’autres études ont confirmées l’effet des tanins sur les nématodes intestinaux des moutons et des chèvres [6, 7].

Parmi les plantes à tanins, le chêne et la ronce ont un effet antihelminthique direct sur les larves de Trichostrongylus colubriformis [6].

  • activité antibactérienne :


De nombreuses études ont montré l’effet antimicrobien des polyphénols sur différentes bactéries, virus et champignons. Parmi les polyphénols qui ont une activité antibactérienne contre Helicobacter pylori (bactérie responsable de plusieurs troubles intestinaux), les acides phénols extraits de Origanum vulgare sont efficace, et leur activité bactéricide est directement liée à leur concentration [8].



Conclusion :

Les plantes sont des organismes sédentaires, et dans leur environnement, elles sont sujettes à une multitude de stress de nature abiotique et biotique. Parmi les facteurs abiotiques, on trouve notamment les températures extrêmes, les rayonnements U.V., les carences ou les excès en éléments minéraux essentiels ou toxiques. Les végétaux sont également au contact de nombreux micro-organismes tels que les champignons, les bactéries et les virus, dont certains sont pathogènes. Les plantes synthétisent des composés qui leur permettent de tolérer au de résister à toutes ces agressions extérieures. Au cours de stress la concentration des métabolites secondaires augmente. La question posée maintenant est : on sait bien que les métabolites secondaires ont des activités biologiques très importantes, si leur concentration augmente celle-ci est un avantage ou bien inconvénient pour l’homme (concernant l’utilisation des plantes comme aliment ou traitement)?

Voir le profil de l'utilisateur

kaouther

avatar
Modérateur
Modérateur
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Voir le profil de l'utilisateur http://www.salsad.1fr1.net

Alia

avatar
Membre hyper actif
Membre hyper actif
Je veux remercier tout le monde pour leur merveille participation, mais ce que je veux vraiment et ce que j'attends avec impatience est vos questions et vos commentaires s'il vous plait.




[



Dernière édition par Alia le Mer Jan 14, 2009 11:39 am, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

4GMT + 3 Heures Tuberculose(zoonose) le Sam Juil 12, 2008 1:31 pm

kaouther

avatar
Modérateur
Modérateur
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Tuberculose (TB) est une maladie contagieuse potentiellement fatale que peut effecter presque tout partie du corps mais être principalement une infection des poumons. Il est causé par un micro-organisme bactérien, le bacille du tubercule ou tuberculose Mycobacterium. Bien que la TB puisse être traitée, a guéri, et peut être prévenue si personnes à enregistrement du risque certaines drogues, les scientifiques ne sont jamais venus près de l'effacer. Peu de maladies ont causé tant de maladie affligeante pour les siècles et réclamées tant de vies.
La tuberculose était communément depuis longtemps connu comme consommation. Les scientifiques le savent comme une infection causée par tuberculose M.. En 1882, le microbiologiste Robert Koch a découvert le bacille du tubercle, à la fois quand une de chaques sept morts en Europe a été causée par TB. Parce qu'antibiotiques était inconnu, les seuls moyens de dirigeant l'étendue d'infection était isoler des malades dans les sanitoria privés ou les hôpitaux limité aux malades avec entraînement TB—a qui continue à ce jour dans beaucoup de pays. L'effet net de ce modèle de traitement était séparer l'étude de tuberculose de principale médecine. Les organisations entières ont été mises pas seul jusqu'à étude la maladie comme il a affecté des malades individuels, mais son impact sur la société dans son ensemble. Au tour du vingtième siècle plus que 80% de la population aux États-Unis ont été infectés avant âge 20, et la tuberculose était le seul la plupart de la cause commune de mort Par 1938 il y avait plus d'hôpitaux de 700 TB dans ce pays
GROUPES RACIAUX ET ETHNIQUES. La TB est aussi plus commune dans noirs qui sont plus possible de vivre sous conditions qui encouragent l'infection. Comme la fin du siècle approche, deux tiers de tous les cas de TB aux États-Unis affectent des Américains africains, Hispano-américains, Asiatiques, et personnes des Îles Du Pacifique. Un autre un quart de cas affectent des personnes nées à l'extérieur des États-Unis. Comme de 1992, le risque de TB augmentait dans encore tous ces groupes.
FACTEURS DE LA MANIÈRE DE VIVRE. Le haut risque de TB dans les malades du SIDA étend à ceux infectés par immunodéficience humaine virus (HIV) qui n'ont pas cependant a développé des signes cliniques de SIDA. Les alcooliques et personnes abusives de la drogue intraveineuses sont aussi à risque augmenté de contracter la tuberculose. Jusqu'aux facteurs économiques et sociaux qui influencent l'étendue d'infection tuberculeuse est remédié, il n'y a aucune vraie possibilité d'éliminer complètement la maladie.

Transmission
La tuberculose s'étend par infection de la gouttelette. Ce type de moyens de la transmission qui quand une TB que le malade expire, toux, ou éternuements, les gouttelettes minuscules de fluide qui contient des bacilles du tubercle sont publiées dans l'air. Ce brouillard, ou aérosol comme il est souvent appelé, peut être pris dans les passages nasaux et poumons d'une personne susceptible tout près. Cependant, la tuberculose n'est pas très contagieuse comparé à quelques autres maladies infectieuses. Seulement approximativement un dans trois contacts de la fin d'une TB malade, et moins que 15% de contacts plus éloignés, vraisemblablement sera infecté. Comme une règle, fermez, fréquentez, ou a prolongé le contact est exigé d'étendre la maladie.[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Bien sûr, si un malade sévèrement infecté émet des nombres énormes de bacilles, la chance de transmettre l'infection est plus grande beaucoup. Contrairement à beaucoup d'autres infections, la TB n'est pas passée sur à côté de contact avec un malade vêt, lins de lit, ou plats et cuire des ustensiles. L'exception la plus importante est de la grossesse. Le foetus d'une mère infectée peut contracter la TB en inhaler ou avalant les bacilles dans le fluide amniotique.
Progression
Une fois inhalé, les bacilles du tubercle peuvent atteindre les petits sacs de la respiration dans les poumons (les alvéoles), où ils sont prises par les cellules appelé des macrophages. Les bacilles multiplient dans ces cellules et alors se sont étendus à travers les vaisseaux de la lymphe aux noeuds de la lymphe proches. Quelquefois les bacilles déplacent à travers vaisseaux sanguin aux organes distants. À ce point ils peuvent rester ou vivants mais inactifs (tranquille), ou ils peuvent causer la maladie active. Le dégât du tissu réel n'est pas causé directement par le bacille du tubercle, mais par la réaction des tissus de la personne à sa présence. En quelques semaines l'hôte développe une réponse immunisée au bacille. Les cellules attaquent les bacilles, autorisent le dégât initial à guérir, et préviennent la future maladie en permanence.

L'infection ne veut pas dire toujours maladie; en fait, il ne fait pas habituellement. Au moins neuf de dix malades qui hébergent la tuberculose M. ne développent pas symptômes ou évidence physique de maladie active, et leurs radios restent négatives. Ils ne sont pas contagieux; cependant, ils forment une piscine de malades infectés qui peuvent atteindre malade une date plus tardive et alors transmettre la TB aux autres. Il a pensé que plus que 90% de cas de tuberculose active viennent de cette piscine. Aux États-Unis ce groupe compte 10 à 15 million de personnes. Si ou pas une personne infectée particulière deviendra malade est impossible de prédire avec certitude. Un a estimé 5% de personnes infectées tombent malade dans 12–24 mois d'être infecté. Un autre 5% guérissent initialement mais, après années ou décennies, développez ou la tuberculose active dans les poumons ou ailleurs dans le corps. Cette forme de la maladie est appelée la TB de la réactivation, ou post fondamental maladie. Aux occasions rares une personne précédemment infectée arrive encore malade après une exposition plus tardive au bacille du tubercule.
Mycobacterium tuberculosis
La tuberculose due à Mycobacterium tuberculosis et à des agents apparentés à M. tuberculosis a été identifiée chez de nombreuses espèces, dont des primates non humains, des éléphants et autres ongulés, des carnivores exotiques, des mammifères marins et des psittacidés. L'infection due à M. tuberculosis concerne essentiellement les animaux en captivité et ne semble pas se déclarer naturellement chez les mammifères en liberté. Si c'est probablement chez l'homme que l'infection à M. tuberculosis a trouvé son origine, en tant qu'agent de zoonose le micro-organisme peut être transmis en retour à l'homme par les primates non humains, les éléphants d'Asie et les psittacidés. Cependant, la prévalence globale de la maladie chez ces espèces susceptibles est faible et les cas démontrés de transmission de M. tuberculosis des animaux à l'homme restent rares. Mycobacterium tuberculosis provoque des maladies pulmonaires évolutives chez les mammifères et une infection muco-cutanée chez les perroquets.[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Dans tous les cas, le micro-organisme peut être éliminé dans le milieu extérieur et s'y propager. Chez les animaux vivants, le diagnostic repose sur l'épreuve de tuberculination intradermique pour les primates non humains, sur la mise en culture des sécrétions nasales pour les éléphants et sur la biopsie et la mise en culture de prélèvements des lésions externes dans le cas des perroquets. Des tests complémentaires, au moyen de sondes d'acide désoxyribonucléique ou par amplification de l'acide nucléique, ou encore des épreuves immuno-enzymatiques ont été adaptés à certaines de ces espèces avec des résultats encourageants. De plus, de nouvelles directives ont été élaborées aux États-Unis d'Amérique pour lutter contre la tuberculose chez les éléphants et des programmes ont été mis en place pour prévenir la maladie chez le personnel chargé des soins des animaux.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Voir le profil de l'utilisateur http://www.salsad.1fr1.net

Alia

avatar
Membre hyper actif
Membre hyper actif
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Merci Kaouther, c’est vraiment très intéressant, mais j’attends plus que ça !!!!

Je t’enverrai la prochaine fois un article qui explique l’activité inhibitrice des polyphénols de thé vert contre la tuberculose n’oubliant pas que le nouvel défi, que les chercheurs confrontent, est la multi-résistance de cette bactérie. Donc, ils ont essayé de trouver une nouvelle substance antibactérienne et qui ne coûte pas très chère, surtout que les populations les plus touchées sont malheureusement pauvres.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Voir le profil de l'utilisateur

kaouther

avatar
Modérateur
Modérateur
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Alia j'attend votre article


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Voir le profil de l'utilisateur http://www.salsad.1fr1.net

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum